Publié le 28 Septembre 2015

Si j'ai pu admirer l'éclipse totale de la super lune de cette nuit, je ne disposais pas d'un appareil photo suffisamment performant pour la photographier.

 

Le photographe de la NASA Aubrey Gemignani a capturé cette vue imprenable de la super lune de sang le 27 septembre, (heure de washington), au-dessus de Washington DC.

Crédit photo : NASA/ Aubrey Gemignani

 

Victor Rogus, malgré beaucoup de nuages et la pluie, a saisi cette image dans le comté de Manatee en Floride le 27 septembre.

Crédit photo : Victor Rogus

 

Ces photos sont extraites de l'article consacré aux photographies et à cet évènement paru sur Space.com le 28 septembre.

 

Crédit photo : Association Copernic, (Gap)

 

L'association Copernic avait organisé une soirée d'observation lors de cette éclipse. Les nombreux nuages présents en début de soirée ont eu la bonne idée de se dissiper pour la plupart.

 

La super Lune survole un vignoble bourguignon, tout près du château de Brochon, en Côte d'Or.

Crédit photo : Jean-Baptiste Feldmann, (voir son blog).

 

La Lune vue du sud de la banlieue parisienne respectivement à 03h45, 04h45 et 06h15.

Crédit photo : Olivier Riant

 

Ces photos sont parues sur l'article que Futura-Sciences a publié concernant la super Lune "sang", le 28 septembre.

 

Vous trouverez des photos superbes sur le site de Ciel & Espace dans cet article. Ces photos ont été prises par des membres de la rédaction ainsi que des membres de l'Association Française d'Astronomie, (AFA) dont la revue Ciel & Espace est le moteur de communication vers le grand public. Malgré tout, je ne résiste pas au plaisir de diffuser cette photo prise par Jean-Luc Dauvergne, qui est chef d'édition de Ciel & Espace ainsi que de First Light magazine, entre autres activités.

La super-Lune éclipsée du 28 septembre 2015, vue à travers la tour Eiffel, à Paris.

Crédit photo : Jean-Luc Dauvergne

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michel des Hautes Alpes

Publié dans #Lune

Repost 0

Publié le 28 Septembre 2015

Ce 28 septembre, après la spectulaire super lune de "sang", c'est Mars qui fait parler d'elle par une nouvelle spectaculaire et qui pourrait être pleine de conséquence pour la recherche de la vie sur cette planète ainsi que sur les projets de colonisation de celle-ci. La NASA vient d'annoncer la découverte d'écoulements intermittents d'eau salée liquide sur la surface de la planète rouge.

Les stries sombres et étroites s'étirent sur les pentes martiennes et sont probablement causées par un écoulement d'eau liquide.

Crédit image : NASA, JPL-Caltech et université de l'Arizona.

 

Que signifie vraiment cette constation faite par la NASA? C'est très important car il s'agit d'une preuve de l'existence de flux d'eau saumâtre lors de l'été martien. Il y avait des preuves que l'eau avait été abondante dans un lointain passé où Mars était une planète humide semblable à la Terre et que cette eau avait disparu, laissant une planète sèche et aride. Personne ne connaît vraiment le processus de cette désertification de la Planète Rouge.

Le peu d'eau qui est restée se trouve prisonnière de la glace, des calottes polaires, et dans le sous-sol. Les robots, (rovers en anglais), n'avaient pas pu apporter la preuve de l'existence d'eau sous forme de glace ou saumâtre dans le sous-sol. Cette constation est donc tout simplement incroyable. En effet, les températures et la pression atmosphérique martienne faisaient penser que ce n'était pas possible que l'eau puisse remonter à la surface et provoquer les stries sombres, de la longueur d'un terrain de football. De fait, la nature salée de l'eau rend la chose possible lorsque les températures remontent au-dessus de -23°C lors des étés. Pour les astronomes, dans la quête de la vie dans notre système solaire et dans l'Univers, la présence d'eau est un élément déterminant.

D'après ce que savent les scientifiques, l'eau est nécessaire à la vie, du moins telle que nous la connaissons. Cette découverte est une étape importante car elle permet de penser qu'une vie microbienne est présente sur Mars et aussi que la vie dans notre système solaire n'est pas si rare qu'on le pensait et n'est pas une exclusivité terrestre. Cependant, seule une mission d'échantillonage par les scientifiques de l'eau de surface comme des nappes aquifères et une étude approfondie de celle qu'elles contiennent en plus de l'eau et des sels permettra de répondre à la question de la rareté de la vie.

 

Copyright : Michel Lambours en créative commons CC BY-NC-ND  

Article adapté d'astronomy magazine, (auteur : David Eicher, rédacteur en chef ).

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michel des Hautes Alpes

Publié dans #Planètes

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2015

Dans la nuit du 27 au 28 septembre, la super Lune sera complète et entrera dans l'ombre de la Terre pour une belle éclipse totale.

Crédit : Jim Schaff

Le 28 septembre il nous sera donné de voir deux évènements en un seul : une super Lune rouge ou "sang". Autrement dit, la super Lune sera éclipsée par l'ombre de la Terre. Cet évènement est rare et ne se reproduira qu'en 2033.

 

La super Lune

 

Une super Lune? Qu'est-ce-que c'est, par rapport à la pleine lune, (la pleine lune étant la phase lunaire durant laquelle la Lune apparaît la plus brillante depuis la Terre, du fait que nous en voyons presque toute la surface éclairée par le Soleil.) ? C'est tout simplement une question de distance. Lorsque la pleine lune a lieu, elle nous semble plus au moins grande selon son éloignement, encore qu'il soit difficile de faire vraiment la différence à l'oeil nu. 

C'est lorsque la lune est proche de ou à son périgée qu'elle est le plus proche de la terre, (356876 km pour ce 28 septembre). La Terre, la Lune et le Soleil sont alignés, la Lune étant au plus près de la Terre. Ci-dessous, une représentation de la différence entre une pleine lune moyenne et une super Lune :

La super Lune du 19 mars 2011 comparée à la pleine lune du 20 décembre 2011. A noter : la différence de taille. Crédit : Marco Langbroek, (Pays-Bas), via Wikipédia Commons.

 

Eclipse totale de Lune

Ce phénomène surgit lorsque le Soleil, la Terre et la Lune sont plus ou moins alignés, l'ombre de la Terre étant projetée sur la Lune. Pour que se produise une éclipse lunaire, il faut deux conditions. La première implque que le Lune soit pleine, et la seconde que la Lune soit à proximité d'un des deux points d'intersection que son orbite fait avec l'écliptique. Une éclipse totale se produit quand 100 % du globe lunaire est plongé durant un laps de temps dans le cône d'ombre de la Terre. La Lune prend alors des teintes cuivrées, plus ou moins sombres selon l'alignement Soleil-Terre-Lune. Le laps de temps est plus ou moins long et peut durer jusqu'à 1h47, (record), la vitesse de la Lune à travers l'ombre est d'environ 1 km/s. Il est prévu que celle du 28 septembre dure 73 mn.

Schéma d'une éclipse lunaire totale, (source : Wikipédia)

Mais pourquoi une teinte rougeâtre plutot que carrément noire comme pour une éclipse de soleil? Les rayons lumineux qui passent dans l'atmosphère sont déviés par la réfraction de celle-ci et éclairent la Lune. Le flux lumineux ainsi provoqué est proche du centre de la Lune qui prend une couleur rougeâtre, les autres zones étant d'une teinte grise. Du fait de son origine, cet éclairement a un aspect, une intensité et des couleurs qui varient en fonction des conditions atmosphériques terrestres.

 

Dans quelles régions sera observable la super Lune "sang"?

 

La super Lune "sang" sera visible des Amériques et de l'Afrique et l'Europe de l'Ouest. 

L'éclipse commence véritablement quand la Lune pénètre dans la pénombre  à 1h07 en temps universel, (Greenwich, GMT), soit 03h07 pour la France. Ensuite la Lune s'enfonce dans l'ombre de la Terre. C'est l'éclipse totale qui aura lieu à 02h11, (GMT), 04h11, (France), et prendra fin à 03h22 en TU, (05h22 pour la France) puis l'éclipse se terminera complètement à 05h22, (GMT), 07h22 pour la France.

La zone de visibilité se situe dans la région ombrée. 

Crédit : Space.com

En ce qui concerne la France, l'Association Française d'Astronomie, (AFA) vous propose une carte interactive qui vous donnera tous les lieux proposant une animation. En ce qui concerne notre département, l'association Copernic,  (Gap), vous invite à venir observer avec ses membres l'éclipse totale de lune du 28 Septembre, plusieurs instruments seront mis à votre disposition pour une observation complète du phénomène de 03h00 à 06h30. De plus vous pourrez voir, Jupiter, Vénus, Mars, Uranus et Neptune... à l'observatoire de Haute Corréo, 3948, route de Corréo à 05400 La Roche des Arnauds. 

 

Auteur : copyright : Michel Lambours en creative commons BY NC ND et sources : Universe Today, Wikipédia et Space.com.
 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michel des Hautes Alpes

Publié dans #Lune

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2015

 

Les photos commencent à parvenir à l'équipe de News Horizons, comme annoncé dans le précédent article concernant Pluton. La première à faire la une des revues scientifiques est celle-ci :

Cette image de Pluton a été prise par la sonde New Horizons le 14 juillet 2015, à quelque 18.000 km de distance, 15 mn après le survol de la région Tombaugh et de la plaine Spoutnik. Crédit photo : © Nasa, JHUAPL, SwRI. Cliquez l'image pour l'agrandir.

L'image ci-dessous est une vue détaillée de la plaine Spoutnik, de sa partie droite exactement et de ses glaciers coulants. Agauche et en bas, les montagnes Norhay Montes dont certaines culminent à 3500 m. A l'horizon apparaissent les reliefs de Hilary Montes.L'image montre une région qui s'étend sur 380 km. 

 

Pour une image en haute résolution cliquez sur l'image. © Nasa, JHUAPL, SwRI. 

 

Un monde étrangement semblable au nôtre

 

:

Dans cette petite section de la première photo, le soleil couchant illumine un brouillard coupé par les ombres des collines et montagnes environnantes. 

Cliquez sur l'image pour la voir en haute résolution. © Nasa, JHUAPL, SwRI.

 

En regardant ces images, l'impression d'un paysage familier est bien présente, car elles nous rappellent les paysages terrestres des régions polaires. Alain Stern, directeur de la misson News Horizons a déclaré : "Cette image nous donne vraiment l'impression d'être là, au-dessus de Pluton, et de sonder le paysage soi-même, c'est une aubaine scientifique qui révèle de nouveaux détails sur l'atmosphère, les montagnes, les glaciers et les plaines de PLuton".

Will Grundy, (membre de l'équipe scientifique et de l'observatoire Lowell à Flagstaff-Arizona), a trouvé que ces images superbes des brumes évoquaient le temps changeant sur Plton, comme il l'est sur la Terre, avec, malgré tout, une différence notable en ce qui concerne les températures : (15°C en moyenne sur Terre contre -230°C, en été, sur Pluton.

 

Des indices d'un cycle d'azote

 

 Ces images indiquent que les paysages sont modelés par un  cycle de l'azote, semblable  au cycle de l'eau sur la Terre ou du méthane sur Titan. Les glaces de la plaine Spoutnick semblent en partie se sublimer pour se redéposer plus à l'est. Alain Howard, un des géophysiciens de la mission et de l'équipe d'imagerie de l'université de Virginie :  "Nous ne nous attendions pas à trouver sur Pluton d'un cycle glaciaire à base d'azote à l'oeuvre dans les conditions glaciales du système solaire externe. Conduit par la faible lumière du Soleil, ce serait directement comparable au cycle hydrologique qui alimente les calottes glaciaires surTerre, lorque l'eau est évaporée des océans, sous forme de neige, puis retourne à la mer par l'écoulement glaciaire." Et Alain Stern de rajouter : "A cet égard, Pluton est étonnamment plus semblable à la terre que quiconque l'aurait prédit." 

 

La glace, (probablement de l'azote gelé), qui semble s'être accumulée sur les hautes terres sur le côté de cette image large, (630 kilomètres), draine des montagnes de Pluton vers la plaine nommée de façon informelle Spoutnik par les larges vallées de 3 à 8 km indiquées par les flèches rouges.Le front d'écoulement de la glace en mouvement dans Spoutnik Planium est décrit par les flèches bleues. L'origine des crêtes et des creux sur le côté droit de l'image reste incertaine.  Cliquez sur l'image pour l'agrandir © Nasa, JHUAPL, SwRI.

 

 

Sources : nasa.gov et Futura-Sciences.

Voir les commentaires

Rédigé par Michel des Hautes Alpes

Publié dans #Planètes

Repost 0

Publié le 16 Septembre 2015

Cérès vue par Dawn le 19 février 2015

Autre vedette de l'exploration spatiale cet été : Cérès et ses mystérieux point lumineux. D'abord qu'est ce que Cérès. C'est une planète naine qui orbite autour du Soleil dans la ceinture d'astéroïdes, (située entre Mars et Jupiter), et, à ce titre elle est aussi considérée comme un astéroïde, le plus gros d'entre eux, sa masse constituant le tiers de l'ensemble des astéroïdes. Elle est la seule planète présente dans cette ceinture. (En savoir plus)

 

La mission Dawn

Dawn, (aube en anglais), est une sonde spatiale qui a reçu pour mission d'explorer Vesta et Cérès, 2 gros objets de la ceinture d'astéroîdes. Lancée en septembre 2007, la sonde a atteint Vesta le 16  juillet 2011 et est restée en orbite jusqu'en septembre 2012, pour se diriger ensuite vers Cérès qu'elle atteint au mois de mars 2015.

Trajectoire de la sonde définie mi 2009 après prise en compte des performances accrues du système de propulsion.

 

Vesta, vu par Dawn en orbite

 

Un nouveau mystère sur Cérès

Outre les spots lumineux dans le cratère qui a été nommé "Occator", la surprise fut de découvrir une montagne en forme de pyramide lumineuse, elle aussi.

La montagne conique de Cérès photographiée le 19 août 2015 par la sonde Dawn

Cette montagne est la seule de cette espèce, les autres reliefs étant dus à des cratères d'impact. Sa forme curieuse, ses flancs lisses et non impactés supposent une surface jeune du point de vue de l'échelle des temps géologiques. En outre, il existe différentes couleurs et le sommet semble plat, comme s'il avait subi une forme d'érosion?

Dawn devrait abaisser son orbite de plus en plus pour cartographier la surface de Cérès s'en approchant à 375 km d'altitude, (la photo ci-dessus est prise à 1470 km). Peut-être pourra-t-on en savoir plus sur ce singulier relief.

 

Les taches blanches restent un mystère

 

La sonde Dawn vient de livrer la meilleure image du cratère Occator

Le survol du cratère Occator à 1470 km d'altitude, donnant une résolution 3 fois meilleure que précédemment, (orbite à 4400 km d'altitude), n'a pas permis de résoudre le mystère des taches blanches dans ce cratère. Et leur nature fait débat : certains pensent qu'il s'agit de glace, d'autres que ce serait plutôt des dépôts de sel. Cependant, la question n'est toujours pas tranchée, parce que de la brume a été observée dans ce cratère, ce qui coîncide avec une observation de vapeur d'eau, à cet endroit,par le télescope Herschel de l'ESA. Marc Rayman, directeur de la mission a déclaré que l'analyse scientifique révèlerait la nature géologique et chimique de ce "paysage extaterrestre mystérieux et fascinant".

 

Suite et fin de la mission

 

Il faut un cycle de 11 jours pour que Dawn survole entièrement Cérès, (14 orbites). Durant les deux prochains mois, la planète naine sera complètement cartographiée en trois dimensions. La sonde se situera alors à 375 km d'altitude de la surface, apportant des réponses plus sures aux questions que suscitent cette petite planète qui donnera sûrement des éclaircissements sur l'histoire du système solaire.

Une fois la mission achevée, Dawn restera perpétuellement un satellite de Cérès, comme un témoignage de la technologie spatiale humaine, la stabilité de son orbite permettant qu'il en soit ainsi.

Découvrez toutes les images de la mission dans la galerie du site officiel et ci-dessous la vidéo du survol.

 

Copyright photos :  © Nasa, JPL-Caltech, UCLA, MPS, DLR, IDA

Sources : Wikipédia et Futura-Espace.

Voir les commentaires

Rédigé par Michel des Hautes Alpes

Publié dans #Planètes

Repost 0

Publié le 10 Septembre 2015

Découverte en 1930 par l'astronaume américain Clyde Tombaugh, Pluton fut considérée comme la neuvième planète du système solaire. Cependant la découverte de nouveaux objets similaires, notamment Eris, a conduit l'Union Astronomique Internationale à redéfinir la notion de planète, le 24 août 2006. Cérès, Eris et Pluton sont des planètes naines, Pluton devenant aussi le prototype d'objets transneptuniens.

Le 19 janvier 2006 a lieu le lancement de  la mission News Horizons destinée à l'observation de certains objets transneptuniens, dans la ceinture de Kuiper, et, en premier lieu Pluton, difficilement observable, même en utilisant le télescope spatial Hubble dont voici l'image qu'il donnait :

 

Après un voyage de 9 ans et demi, la sonde spatiale survole Pluton et envoie des images bien plus détaillées, images saisissantes qui changent à jamais la perception que nous pouvions avor de la plus célèbre des planètes naines. De plus, News Horizons a également pris des images surprenantes de la principale lune de Pluton, Charon.

L'image ci-dessus est prise le 13 juillet, soit une journée avant le survol historique de la planète naine.
Cette autre image, ci-dessous, en fausses couleurs, montre le système Pluton-Charon :

Le 15 juillet, l'équipe scientifique recevait le signal de la sonde confirmant le succès du survol. Avec quelques images assemblées en vidéo par la NASA, découvrons cette planète naine avec des montagnes de glace, des plaines, bref un relief bien vivant et surtout jeune et dynamique, et, plus surprenant encore, la même chose, ou à peu près pour Charon.

News Horizons a poursuivi son chemin vers un autre objet de la ceinture de Kuiper, un petit objet dénommé 2014 MU69, un rocher d'une taille estimée à 40 km. En se retournant, la sonde a photographié Pluton en face du Soleil et révélé l'atmosphère, qui s'échappe petit à petit dans l'espace, sous l'effet des vents solaires. Là aussi ce fut une surprise pour les scientifiques de la mission.

Les nouvelles images sont transmises depuis hier, et il faudra plusieurs années pour tout analyser, car cette transmission sera très lente. 

 

Crédit photos et vidéo : NASA / JHUAPL / SWRI

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michel des Hautes Alpes

Publié dans #Planètes

Repost 0

Publié le 8 Septembre 2015

La constitution de ce blog est due à un besoin de partager ma passion pour tout ce qui concerne notre Univers, la place de l'Homme dans celui-ci et la manière dont il l'appréhende.
Etant tout au plus un amateur, même pas éclairé, il ne sera pas ici question de grandes envolées scientifiques, ni de calculs savants, mais plus simplement mettre un maximum d'informations à la disposition du plus grand nombre, avec des photos qui feront découvrir l'étrange et fascinante beauté de cet espace qui nous entoure, même si les choix demeurent subjectifs et n'obéissant pas forcément à une véritable démarche scientifique. A titre d'exemple :

La redoutable splendeur de la Nébuleuse de la Méduse. Crédit : ESO.

 

Les articles qui y paraîtront seront classés en catégories selon les sujets concernés. Ces catégories sont pour l'instant :

  • Système solaire, (sujets concernant l'ensemble du système) ;
  • Planètes, (englobant toutes les planètes y compris les exoplanètes et les planètes naines) ;
  • Etoiles ;
  • Nébuleuses ;
  • Galaxies ;
  • Divers

Cette liste n'est pas exhaustive, elle pourra être modifiée et plus fournie si le besoin s'en fait sentir.

Voir les commentaires

Rédigé par Michel des Hautes Alpes

Publié dans #divers

Repost 0