Actualités en bref : avril 2021

Publié le 4 Mai 2021

L'astéroïde de 350 m Apophis ne représente pas une menace pour les 100 prochaines années : De nouvelles observations de l'astéroïde Apophis excluent tout risque d'impact pendant au mois un siècle. Après 17 ans d'observations et d'analyse d'orbite, l'astéroïde se voit en conséquence retirer de la liste des impacteurs potentiels.
L'astéroïde Apophis, qui mesure environ 350 mètres de diamètre, fait régulièrement les gros titres depuis sa découverte en 2004, en raison des risques, faibles mais non nuls, qu'il avait d'entrer en collision avec la Terre lors des décennies suivantes... Lire la suite de l'article d'Adrien Coffinet paru sur Futura.

Première observation de rayons X émis par Uranus : Grâce à Chandra, des rayons X émis par Uranus ont été détectés pour la première fois. Les résultats de ses observations permettront d'en savoir plus sur la planète mais aussi sur d'autres sources plus exotiques de rayons X telles que des trous noirs et des étoiles à neutrons.
Uranus est la septième planète la plus éloignée du Soleil, 19 fois plus que la Terre. Elle n'a jusqu'à présent reçu la visite que d'une seule sonde : Voyager 2, qui l'a survolée en 1986... Lire la suite de l'article d'Adrien Coffinet paru sur Futura.

Les astronomes détectent un pont d'étoiles bleu vif et il est sur le point d'exploser : C'est une région entièrement nouvelle de la Voie lactée.
Les astrophysiciens ont découvert une nouvelle région de la Voie lactée, et elle est remplie d'étoiles d'un bleu éclatant et brûlantes qui sont sur le point d'exploser.
Les chercheurs créaient la carte la plus détaillée à ce jour des bras en spirale étoilés de notre voisinage galactique avec le télescope Gaia de l'Agence spatiale européenne (ESA) lorsqu'ils ont découvert la région, qu'ils ont appelée l'éperon Cepheus, ont-ils rapporté dans une nouvelle étude... Lire la suite de l'article de Ben Turner paru sur Space.com.

Un lac dans un cratère martien était autrefois rempli par le ruissellement glaciaire : partout sur la surface martienne, il y a des caractéristiques préservées qui racontent l'histoire de ce à quoi ressemblait Mars. Il s'agit notamment de canaux creusés par l'eau qui coule, des deltas de rivières où l'eau a déposé des sédiments au fil du temps et des lits de lacs où se trouvent de l'argile et des minéraux hydratés. En plus de nous en dire plus sur le passé de Mars, l'étude de ces caractéristiques peut nous dire comment Mars a fait la transition vers ce qu'elle est aujourd'hui.
Selon une nouvelle recherche menée par Brown Ph.D et l'étudiant Ben Boatwright, un cratère sans nom dans les hautes terres du sud de Mars, a montré des carctéristiques qui indiquent la présence de l'eau, mais rien n'indique comment elle y est arrivé... Lire la suite de l'article de Matt Williams paru sur Universe Today.

Trouver de l'oxygène dans un monde extraterrestre ne signifie pas toujours qu'il y a de la vie là-bas : Nous savons maintenant que l'Univers est rempli de planètes. Il y a plus de 20 milliards de mondes semblables à notre Terre dans notre galaxie. Mais combien d'entre eux sont susceptibles d'avoir la vie ? Et comment saurions-nous s'ils le font ? À moins qu'ils ne nous envoient directement un message très clair, la façon la plus probable de découvrir la vie des exoplanètes est de regarder leur atmosphère... Lire la suite de l'article de Brian Koberlein paru sur Universe Today.

 

Mars : "Pour la première fois, nous pouvons retracer l'évolution du climat sur plusieurs millions d'années" : Lorsqu'il s'est posé sur mars en février dernier, Perseverance a un peu volé la vedette à un autre rover : Curiosity. Cela fait près de dix ans que ce dernier arpente le cratère Gale. Et c'est grâce au télescope de sa ChemCam qu'une équipe franco-américaine vient de découvrir que, par le passé, le climat de Mars a connu une alternace de périodes sèches et de périodes plus humides. William Rapin, chercheur au CNRS nous explique... Lire la suite de l'article de Nathalie mayer paru sur Futura.

Radiogalaxies.

Des milliers de galaxies "en pleine ébullition" surprise aux confins de l'Univers : Lorsque notre Univers était jeune, ses galaxies formaient des étoiles. Beaucoup d'étoiles. Et c'est ce que des images inédites de l'International Low Frequency Array, (LOFAR), révèlent aujourd'hui. Des dizaines de milliers de galaxies en pleine ébullition.
L'International Low Frequency Array (Lofar), c'est un large réseau de 70.000 radiotélescopes répartis sur l'Europe. Et c'est grâce à lui que des chercheurs ont pu obtenir des images époustouflantes - qui ont donné lieu à la publication de plusieurs articles scientifiques dans un numéro spécial de la revue Astronomy & Astrophysics de dizaines de milliers de galaxies parmi les plus éloignées de notre Voie lactée... Lire la suite de l'article de Nathalie Mayer paru sur Futura.

Vaisseau spatial russe Luna 25.

La Russie retourne sur la Lune cette année : La Russie revisite son patrimoine spatial soviétique pour une nouvelle série de missions qui ramènera la nation sur la Lune.
La première de ces missions, baptisée Luna 25, devrait être lancée en octobre, mettant fin à une sécheresse de 45 ans d'atterrissages russes sur la Lune avec la première arrivée du pays au pôle sud, où, comme tout le monde ciblant la Lune, les scientifiques russes veulent étudier l'eau enfermée sous la surface dans la glace permanente ... Lire la suite de l'article de Meghan Bartels paru sur Space.com.

Fusées éclairantes émises par un trou noir.

Fusées éclairantes du trou noir supermassif de la Voie Lactée : Le trou noir supermassif au centre de la Voie lactée a libéré un nombre inhabituel de fusées éclairantes fortes en 2019. Maintenant les astronomes essaient de comprendre pourquoi.
Sgr A*, le trou noir de 4,6 millions de masse solaire qui se trouve au centre de la Voie Lactée, est normalement une bête assez silencieuse. Le trou noir se nourrit lentement de matière d'accrétion dans le centre galactique, mais cette source d nourriture est rare, et l'accrétion de SgrA* ne produit rien de semblable aux feux d'artifice que nous associons aux trous noirs supermassifs dans les galaxies actives... Lire la suite de l'article de Aas Nova paru sur Sky & Telescope.  

Mars vue depuis un astéroïde

Un instrument babylonien a aidé à déterminer le nord géographique de Mars : Vous ne regarderez plus jamais un petit bout de bâton de la même façon... Car c'est en s'inspirant de cet outil rudimentaire que le Nord géographique a pu être déterminé assez précisément sur Mars. Le gnomon, c'est son nom, est un instrument qui date du fin fond de la Haute Antiquité ; les Babyloniens utilisaient un simple bâton planté en terre et se servaient de son ombre pour déterminer l'heure, des coordonnées géographiques d'un lieu, les saisons...
Comment déterminer la direction du Nord géographique sur Mars ?.. Lire la suite de l'article de l'INSU, (Institut National des Sciences de l'Univers) paru sur Futura. 

Vue d'artiste de l'antique océan martien.

Mystère résolu ? les nuages piégeurs de chaleur peuvent expliquer les rivières et les lacs de l'ancienne Mars : Un ciel nuageux a peut-être permis à l'eau de couler sur Mars il y a longtemps.
Bien que la planète rouge soit un désert glacial aujourd'hui, il y a environ 4 milliards d'années, elle abritait des lacs et des systèmes fluviaux relativement longs, comme l'ont montré les observations du rover Curiosity de la NASA et d'autres robots martiens.
L'atmosphère de mars était alors beaucoup plus épaisse, ce qui a empêché l'eau de surface de bouillir... Lire la suite de l'article de Mike Wall paru sur Space.com.

Observateurs du ciel nocturne.

La Nasa prévoit maintenant une mission pour aller à 1000 UA du Soleil, au plus profond de l'espace interstellaire : Une perspective différente peut faire des merveilles. Percevoir les choses sous un angle différent peut à la fois métaphoriquement et littéralement permettre aux gens de voir les choses différemment. Et dans l'espace, il existe un nombre presqu'infini d'angles à partir desquels les objets peuvent être observés. Comme toutes les perspectives, certaines sont plus informatives que d'autres. Parfois ces perspectives informatives sont également les plus difficiles à atteindre.
Les deux sondes Voyager ont fait un excellent travail en permettant à l'humanité d'accéder à de nouvelles perspectives difficiles, simplement en raison de leur distance par rapport à la Terre. Mais maintenant, une équipe de plus de 500 scientifiques et bénévoles exhorte la NASA à aller encore plus loin pour trouver une meilleure perspective en envoyant un satellite à une distance équivalente à 1000 fois la distance du Soleil à la Terre - près de 10 fois la distance parcourue par les Voyageurs en plus de 35 ans... Lire la suite de l'article d'Andy Tomaswick paru sur Universe Today. 

Fonctionnement d'Ingenuity.

Dernière minute !
Suite au succès des quatre premiers vols martiens d'Ingenuity,  le drone de la NASA,  celle-ci décide de prolonger la mission de 30 jours. Actuellement le drone se prépare pour un cinquième vol qui se déroulera aujourd'hui même, (07 mai 2021), à 21h26 heure française. Toutefois les données de vol ne parviendront pas avant 01h26 le 08 mai, heure française.

Rédigé par Michel des Hautes Alpes

Publié dans #Brèves

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article